Liens

Un jour remarquable à Ungersheim, un Village en transition

Transition Culture - an evolving exploration into the head, heart and hands of energy descent

Un jour remarquable à Ungersheim, un Village en transition

On me demande souvent à quoi cela ressemblerait si un gouvernement local prenait réellement la transition par les cornes, la démarrait, et agissait comme un catalyseur pour que la communauté puisse démarrer un processus de transition significatif et impactant. Après avoir visité Ungersheim en Alsace, une région de l’Est de la France, je peux maintenant vous dire exactement à quoi cela ressemble.

J’ai été invité par le remarquable maire d’Ungersheim, Jean-Claude Mensch et la commune d’Ungersheim à prendre la parole au cours de leur événement « Les rencontres de la Transition » et à voir ce qu’ils avaient réalisé là-bas. Il y a plusieurs années de cela, Mensch  a reçu la visite d’une organisation appelée « L’assemblée générale des citoyens du monde », au cours de laquelle le film « En Transition 1.0 » a été projeté. Cela a conduit à une discussion dans la commune dans le prolongement de « nous faisons déjà cela, devenons une ville en transition ». Et ils le firent.

Le RadisC’est la première initiative de transition dont j’ai connaissance qui ait été lancée par une autorité locale de cette façon. Ungersheim est un village avec une population d’environ 2000 personnes, et est un endroit avec une longue histoire minière. A son pic, l’extraction de potasse, utilisée pour fabriquer du potassium à des fins agricoles et pour faire du chlorure de sodium (du sel) servant à faire fondre la glace sur les routes, employait 13000 personnes dans la région. La dernière mine ferma en 2003. En France, les maires ont beaucoup plus de pouvoir qu’ils en ont ailleurs dans le monde, ainsi il est fascinant de simplement voir ce qui peut être réalisé lorsqu’un maire est inspiré par la transition. Voilà quelques unes des choses qui ont déjà été réalisées à Ungersheim. Le village :

  • A introduit une démocratie plus participative
  • Est devenue une ville de commerce équitable
  • A constitué des forums citoyens autour des énergies renouvelables et a fait campagne pour la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim
  • A lancé une monnaie locale, « Le radis »
  • A fait une cartographie de la biodiversité de la zone en un « Atlas de la biodiversité »
  • A rendu à la nature une ancienne décharge créée par les activités minières
  • A mis en place une installation solaire thermique de 120 m² à la piscine
  • A mis en place une chaudière à biomasse de bois  qui chauffe aussi la piscine et plusieurs constructions proches
  • A construit « Hélio parc 68 » (dont nous parlerons plus loin), une installation solaire de 5,3 Mégawatts et des bâtiments industriels
  • A remplacé tout l’éclairage public dans le village par des ampoules à faible consommation d’énergie, tout en éteignant l’éclairage dans certaines rues après minuit.
  • A réalisé une évaluation de la consommation énergétique de tous les bâtiments publics
  • A mis des terrains communaux à disposition pour un projet d’habitation collective en maison passive, Eco-Hameau le Champré (dont nous reparlerons plus loin)
  • A complètement banni l’usage de tout pesticide et de tout herbicide dans les zones publiques.
  • A remplacé tous les produits de nettoyage dans les bâtiments publics par des produits de nettoyage écologiques.
  • A acheté un cheval de trait pour aider à la production alimentaire locale, et aussi pour l’utiliser comme « car scolaire » pour emmener les enfants locaux à l’école.
  • A changé les cantines pour que l’école primaire locale serve des repas 100% biologiques, chaque jour, y compris les goûters.
  • A transformé 8 hectares de terrains communaux en un marché biologique, Les Jardins de Cocagne, qui produisent 64 variétés de légumes, fournissent 250 paniers d’aliments pour des familles locales chaque semaine, et qui tiennent leur étal à 5 marchés chaque semaine.
  • A démarré un commerce de conserves alimentaires, mettant en bocaux des aliments produits localement afin d’étendre leur disponibilité.

C’est une histoire qui a attiré une attention nationale et internationale, en effet lorsque j’étais là-bas, la réalisatrice Marie-Monique Robin filmait un documentaire au sujet d’Ungersheim, devant sortir l’an prochain. J’ai aussi entendu parler d’au-moins 6 nouvelles initiatives de transition qui se sont formées dans des villes et des villages autour d’Ungersheim, inspirées par ce qui se passe là-bas. C’est quelque chose.

Ungersheim

Notre journée a démarré au bureau du maire dans le centre du village avec environ 30 personnes. Nous avons vu un film introduisant  le travail en cours là-bas, et avons écouté un court discours de bienvenue de Mr Mensch. Voilà, cela donne un bon aperçu de ce qu’il faut faire.

Au cours d’un petit-déjeuner biologique issu du commerce équitable nous avons discuté et les gens ont posé des questions. Ensuite, nous avons pris des transports tirés par des chevaux, pour visiter un fantastique projet d’habitation collective. La commune a rendu disponible un terrain à un prix abordable, ayant pris connaissance du fait que les maisons construites seraient des PassivHaus (maisons passives).

Ungersheim

Cette habitation collective est construite en utilisant du bois local, et sera le domicile de 9 familles. Chaque famille a créé sa propre façon de faire, trouvant son équilibre entre les professionnels du bâtiment et l’auto-construction. Les maisons font face au sud, en ossature bois,  faites avec des bottes de paille pré-assemblées de type ModCell, avec un projet d’eau chaude solaire communale et des jardins partagés. L’isolation est en paille, avec des panneaux de fibre de bois, de la cellulose soufflée et une que je n’avais jamais vue jusqu’alors, « la laine de bois ».

Wood wool

Nous avons vu tout autour quelques unes des maisons en construction  et avons rencontré quelques résidents, ainsi que l’architecte, qui l’a décrit comme son « projet de rêve ». Ensuite nos sommes retournés par véhicule tracté par les chevaux en centre ville, pour un repas communal.

Au cheval!Au cheval!

Notre déplacement suivant nous a conduit à l’ouverture officielle de « Hélio Parc 68 », une ferme solaire de 5,3 Mégawatts. Le site était un ancien entrepôt de déchets des activités minières, ayant été nettoyé, nivelé puis transformé en ce qui deviendra un parc d’affaires, et avec les milliers de panneaux solaires, la plus grande installation solaire d’Alsace, montés sur des structures qui pourraient, comme certains l’ont déjà fait, être utilisées comme des unités industrielles.

Ungersheim

Une grande foule s’était rassemblée, y compris des notables locaux. N’ayant jamais rien inauguré de ma vie auparavant, ceci n’était que la première inauguration des trois prévues ce jour-là! Avec une personne représentant les concepteurs, nous hissâmes un drapeau pour lancer le projet, et ensuite j’allumais une partie de l’installation. C’est remarquablement ambitieux, et à une échelle que je n’avais personnellement pas encore vue. Voici un article qui est passé dans la presse locale ce jour-là :

Ungersheim

Avec les notables et les enfants des écoles locales.Avec les notables et les enfants des écoles locales.

Notre prochain arrêt, et mon deuxième inauguration, était celle Des Jardins de Cocagne, un jardin de 8 hectares qui agit comme un centre de formation,  de ressources de soutien pour les jeunes chômeurs.

Ici, pendant les semaines précédentes, une équipe aidées par les enfants des écoles ont participé à la construction d’une éolienne avec des lames en bois, inspiré du travail de Hugh Piggott. Encore une fois, une grande foule était rassemblée, et après un bref discours du maire, j’abaissais le commutateur pour permettre la mise en place de la turbine, sous les applaudissements et les acclamations. Une fois que tout a été fixé, elle a commencé à tourner, à la grande joie de tous.

Éolienne prête à être mise en place.Éolienne prête à être mise en place.

Nous avons également visité un nouveau complexe de bâtiments absolument magnifiques, qui serviront à l’éco marché à traiter les produits, les stocker dans une nouvelle chambre froide souterraine, afin de les préserver et les conserver. Un bureau y est également prévu.

Nous avons examiné les bâtiments environnants avec l’architecte. Il a lancé une nouvelle idée de construction que nous pourrons utiliser dans l’avenir : une ossature en bois local, avec des bardeaux particulièrement esthétique sur le toit, remplissage en bottes de paille et enduit en torchis de paille et d’argile. Le complexe de bâtiments est disposé autour d’une cour circulaire, ce qui donne un espace à vivre plus agréable. Je ne peux pas attendre de le voir terminé.

Ungersheim

Ungersheim

Nous avons ensuite continué notre visite par la ferme comprenant de grandes serres avec une grande gamme de produits. La ferme fournit maintenant l’école primaire en produits bio entre autres choses, un excellent exemple de ce qu’ils appellent le « circuit court », ce qui représente la diminution de la distance entre producteur et consommateur.

Éolienne en place et en production.  La partie arrière a été peinte par les enfants des écoles du village.Éolienne en place et en production. La partie arrière a été peinte par les enfants des écoles du village.

Nous nous sommes ensuite dirigés vers le centre-ville pour l’inauguration numéro trois, pour la « semaine solaire » à l’invitation du maire, u groupe de Green Peace suisse a travaillé avec u groupe d’adolescents du lycée à cartographier tous les toits de la ville età analyser les différentes façades. Ils en ont conclu que si tous les toits de la ville étaient équipés de panneaux photovoltaïques, 77% des besoins énergétiques de la ville seraient ainsi couvert.

Ungersheim

Ce projet a eu un impact énorme sur les jeunes participants, mais aussi sur les militants de Greenpeace. La plupart du temps les discussions de travail les amenaient à comprendre qu’il valait apprendre à dire non, à résister, et à faire campagne pour leurs idées. Ce changement,  ayant pris des tournures pratiques et positives, les a profondément touchés.

Ungersheim L’école du village a été la première à lancer la nouvelle installation photovoltaïque de 40 KW sur son toit. Ce lancement a été l’occasion de reconnaître l’implication des jeunes dans ce projet, en leur décernant à chacun un certificat. Puis le compteur de l’installation a été officiellement dévoilé, affichant ainsi sa production et son rendement. Ils m’ont également offert un T shirt de la Semaine Solaire sur lequel était inscrit : « Pour Rob, au nom du lycée Théodore Deck, le premier lycée de transition en France ».
Après une courte pause, mettant en valeur une bière bio locale et u groupe folklorique traditionnel, je faisais un exposé en soirée. Avant ma prise de parole, certains élèves de l’école primaire locale sot venus sur scène pour annoncer qu’ils ont ré-imaginé leur établissement en école « en transition ». Ils ont expliqué au public leurs actions en faveur du recyclage, des cultures potagères ainsi que la désignation d’un élève de chaque classe chargé d’éteindre les lumières chaque jour.

 Photo:cyrillecormier Photo:cyrillecormier

Avec l’aide de Peter, qui a été mon interprète efficace toute la journée, j’ai pu donner un aperçu du système de « Transition » et expliquer pourquoi ce qui se passe à  Ungersheim est si important. Beaucoup de gens sont arrivés dans les 20 minutes avant que je commence, ce qui a provoqué un constant rajout de nouvelles chaises.  Nous avons eu un grand débat « Questions-Réponses », puis tout le monde s’est vers les nombreux stands d’initiatives locales avant d’aller sous le chapiteau pour le repas, le vin et continuer la discussion.

Ungersheim

 Le Radis, la monnaie locale de Ungersheim. Le Radis, la monnaie locale de Ungersheim.A propos de la Transition, ce qui a le plus pesé, je pense, et l’une des raisons pour lesquelles le mouvement s’est propagé un peu partout, est que le principe a été emprunté à « l’Open Space », « laisse le aller où il veut aller ».  En faisant confiance à des personnes, en leur accordant, des ressources et des outils gratuitement, en leur demandant en échange de partager leurs histoires et expériences, une culture a été infusée faisant confiance à l’innovation.

Comme dans beaucoup de zones « en transition », on remarque qu’à l’origine de cette façon de penser, le maire ou le gouvernement local servent de relais. Est-ce à dire que la transition doit être obligatoirement initiée par un maire les autorités locales ? Il est clair que nous avons besoin d’un interlocuteur aussi remarquable que Jean-Claude Mensch pour en arriver là.  J’ai vu, par le passé, plusieurs tentatives particulièrement infructueuses, mais c’est à l’usage qu’on peut juger.

Dans le contexte français, ce qui est important, est que la transition semble surgir de partout.  On m’a dit qu’actuellement, il existe une soixantaine de monnaies locales déjà en circulation assurant une bonne coordination d’une région à l’autre. Le ferment de la transition est en train de lever.  Il est important de souligner que le maire et la commune d’Ungersheim ont fait de réels efforts pour arriver à cette transition.

Dans mes conférences, je cite toujours le maire de Bristol qui prend toujours son salaire en «  livres Bristol « , ce qui génère toujours des wouas ! Ce genre d’initiatives gagne à être connu et généralisé. Ungersheim sera la prochaine étape de cette histoire. C’était une expérience incroyable à voir et je suis très reconnaissant à Jean-Claude Mensch de m’avoir invité.

Ungersheim

Mes remerciements à Jean-Claude Mensch, à la commune d’Ungersheim, à mon hôte Phillipe et à mon interprète Peter, à Transition France, à Amber et à tous les gens merveilleux que j’ai rencontrés.  Thanks also to Kitty de Bruin and members of Salies en Transition who translated this. 

1 comment to Un jour remarquable à Ungersheim, un Village en transition

Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>