Liens

Catégories

Les Energétiques du Mené, lettre d’information n 44 avril 2013


Les Energéthiques du Mené
Territoire 100% Énergies Renouvelables
Lettre d’information n°44
avril 2013


Les Energéthiques du Mené

Territoire 100% Énergies Renouvelables


Énergitorial
Transition énergétique : comment sortir de la fuite en avant ?
La presse internationale s’est, ce mois-ci, penchée de manière alarmiste sur divers aspects de l’évolution énergétique de notre monde. Voici la mise en perspective que nous suggèrent ces analyse :
·         Le niveau des mers monte inexorablement, avec l’accélération de la fonte des inlandsis du Groenland et de l’Antarctique. Au rythme actuel, ce sera au moins 1,30 m d’ici la fin du siècle, et probablement plus si les tendances actuelles se confirment. Les conséquences des grands accidents énergétiques n’en finissent pas de se révéler, que ce soient Tchernobyl et Fukushima ou la marée noire de Deepwater Horizon, qui, trois ans après, s’avère avoir dévasté la faune et la flore du Golfe du Mexique. En attendant les prochains désastrεs.
·         Les ressources fossiles auront une fin, plus ou moins proche, selon les risques pris dans leur exploitation et leur rythme de consommation. D’aucuns prétendent qu’il n’y a plus de peak oil… Par quel miraclε ?
·         D’un autre côté, plusieurs pays font la démonstration que les énergies renouvelables, ça marche : 13 pays, principalement européens, ont, en 2012, tiré des énergies renouvelables plus de 30% de leur électricité. Nous en donnerons quelques détails ci-dessous. De très nombreuses études, un peu partout dans le monde, montrent que cette transition vers 100% énergies renouvelables est possible partout, même à New York, pourtant emblème de la gabegie énergétiqυe.
·         Mais, malgré une forte montée en puissance des énergies renouvelables dans de nombreux pays, comme la Chine, la plus grande part du développement énergétique se fait par les énergies fossiles (charbon en premier lieu, gaz, pétrole et nucléaire), et tout le système en place (les grands groupes de l’énergie notamment) pousse à l’accélération, en multipliant les investissements pour exploiter des ressources de plus en plus coûteuses et risquées : gaz et pétrole de schiste, sables bitumineux, fonds marins profonds, zone arctique, gisements de charbon, nucléaire de deuxième EPR) et troisième (Astrid) générations eτc.
·         Cette fuite en avant s’explique principalement par des raisons économiques et financières, et elle nous enferme dans une impasse. Ce secteur de l’énergie pèse 6 000 milliards de $ en bourse, principalement sur la valeur des réserves fossiles maîtrisées par les diverses sociétés. C’est beaucoup plus que la « bulle » immobilière qui fut à l’origine de la crise de 2007-2008. De même, ce secteur, dans sa configuration actuelle, fait vivre des millions de personnes dans le monde et assure des revenus pharaoniques à quelques-unes. Il est clair que les énergies renouvelables, en partie locales et en circuit court, n’ouvrent pas de telles perspectives. Le système cherche donc à dominer cette concurrence des énergies renouvelables en monopolisant les ressources financières, par ses moyens propres et en paralysant, notamment par le lobbysme politique, les mécanismes qui devaient réorienter les allocations de ressources vers les renouvelables : c’est ce qui s’est passé avec le marché du carbone, qui reste lettre morte. Le niveau de la mer n’a pas fini de monter ! L’épuisement des ressources fossiles carbonées correspondra en effet à plusieurs mètres de hausse, de la mer, pas de la bourse…
C’est très préoccupant et dépasse bien sûr largement le cadre de notre petit territoire. Il est indispensable de comprendre ce contexte qui porte les limites des démarches que nous pourrons conduire. C’est vraiment un sujet de débat national et même mondial : la question n’est pas seulement entre énergies renouvelables et fossiles, mais comment reconvertir cet énorme secteur de l’énergie aujourd’hui entièrement dévolu aux énergies fossiles.
Bon plein d’énergies !
Sommaire
1.
Les énergies du  Mené
2. Les grands projets du Mené
3. Le monde de l’énergie
4. Chronique de la transition heureuse
5. Et moi, ce soir, demain, l’an prochain, dans cinq ans ?
1) Les énergies du Mené
Le parc éolien des Landes du Mené : Plus que deux !
Le vent et le brouillard qui ont marqué ce mois d’avril ont occasionné quelque retard dans le montage des éoliennes, mais nous sommes presque au bout, et on parle déjà de l’inauguration du parc, qui devrait se faire le 5 juillet. Enfin ! Et bravo à toutes les équipes qui contribuent au bon déroulé de ce chantier exemplaire pour sa faible perturbation de la vie locale.
Quelques autres chantiers : les chaufferies
·         La chaufferie et le réseau de chaleur de Plessala. Le silo de stockage des plaquettes est réalisé : c’était le gros morceau du génie civil. On reste en ligne pour un démarrage cet été.
·         La chaufferie et le réseau de chaleur de Collinée : C’est notre dernier chantier ouvert, en espérant qu’il sera opérationnel pour cet hiver. Il chauffera l’EHPAD de Collinée, un ensemble de bâtiments communaux comprenant la nouvelle médiathèque, mais aussi l’hôtel-restaurant « Le relais du Mené », l’agence du Crédit Agricole et plusieurs particuliers. 300 kW, une consommations de plus de 300 t de bois sec par an pour livrer 1 GWh d’énergie calorifique. Nous commençons à alimenter le tas de bois pour fournir cette installation dès cet automne (1200 m³ de bois).
3èmes Rencontres nationales « Énergie et territoires ruraux, vers des territoires à énergie positive »:
Comme nous l’avons déjà annoncé, elles vont se tenir du 5 au 7 juin, à Cluny, en Saône et Loire. Le programme et les modalités d’inscriptions peuvent être téléchargées sur le lien suivant : http://www.pays-sud-bourgogne.fr/wp-content/uploads/2013/01/Prog_10p_TEPos2013_def.pdf Inscriptions ouvertes jusqu’au 17 mai.
La balade de l’énergie à Saint Gouëno, le 7 avril :
Une initiative du Conseil Général, qui se déroulait ce même jour sur trois autres communes du département. Une trentaine de randonneurs sont partis, sous le soleil… un peu frais, faire le tour de 10 km par les chemins, depuis la chaufferie communale jusqu’aux éoliennes et retour à l’huilerie, où un pot a conclu l’après-midi. Gilles Aignel aux éoliennes, et Jacky Aignel au village. De très bons échos.
L’équipe de la CC du Mené se renforce (un peu…) Depuis le début du mois, Céline Blaison, en provenance d’une CC « restructurée » du centre de la Bretagne, nous a rejoints pour notamment s’occuper de l’animation de « la route des énergies », notre programme de visites pédagogiques des réalisations du territoire. En fait, ce renfort prend en charge une mission précédemment externalisée. Nous sommes très heureux de pouvoir de nouveau accueillir les nombreux groupes désireux de connaître nos démarches sur le terrain.
2 ) Les grands projets du Mené
Mais quand donc s’arrêtera-t-il de sonner, qu’on puisse travailler aux grands projets ?
3 ) Le monde de l’énergie
Le grand boom du stockage de l’électricité :
Nous en avons déjà parlé à maintes reprises, parce que c’est une des clés de l’intégration des productions électriques renouvelables intermittentes (éolien et photovoltaïque). Plusieurs grandes pistes sont ouvertes : stockage d’eau par turbinage/pompage, volants d’inertie, supercapacités, fluide chaud (eau ou aluminium fondu), hydrogène ou autre combustible, et, bien sûr, les batteries électrochimiques. Il n’y aura pas, là non plus, de solution miracle universelle, mais un bouquet de solutions performantes que l’on utilisera et combinera selon les cas particuliers.
Les progrès en matière de batteries électrochimiques sont importants, notamment dans le domaine des installations fixes (équilibrage du réseau électrique), et les expérimentations à grande échelle se multipλient :
·         Une batterie Sodium-Soufre géante, de 4 MW, d’une capacité de 30 MWh, est installée à Presidio, au Texas. Les éléments sont fournis par le spécialiste de cette technologie, le japonais NGK−Locke.
·         La société AES Energy Storage a, pour sa part livré un ensemble de batteries Lithium-Ion d’une puissance de 98 MW, destiné à assurer la régulation de fréquence d’un ensemble de 61 éoliennes, en West Virginia. L’ensemble se présente sous la forme de 16 containers 40 pieds.
·         La société américaine EnStorage a commencé les essais en situation d’un nouveau type de batterie, fonctionnant avec du bromure d’hydrogène et de l’hydrogène moléculaire, deux produits peu coûteux qui permettent de réaliser des batteries performantes et bon marché, avec des densités de puissance trois fois supérieures aux filières concurrentes. L’expérimentation est sur 50 kW, mais le passage à 150 kW devrait se faire rapiδement.
·         Enfin, même Saft, notre champion national, est dans la course… à l’échelle européenne : Il va installer en Italie du Sud, pour le compte de ENEL, un ensemble Li-ion de 2 MW et d’une capacité de 1 MWh.
Ce n’est qu’un aperçu de ce qui se passe dans ce domaine, tel qu’il ressort de notre veille, mais cette activité nous semble notable.
4) Chronique de la transition heureuse
Petit palmarès des pays champions des énergies renouvelables
Il ne s’agit pas d’un classement, mais plutôt d’un tableau d’honneur. Il va surtout porter sur l’électricité, mais il y aura quelques mentions spéciales. D’après notamment les statistiques de l’Agence Internationale de l’Energie, pouρ 2011 :
·         L’Islande tire 100% de son électricité des renouvelables (hydroélectricité et et géoτhermie)
·         La Norvège en est à 93% (éolien et hydroélecτricité)
·         Le Canada est à 63%, en hausse forte, dont 93% de l’hydroélecτricité.
·         La Suède est à 55% pour l’électricité, et un très fort taux de couverture des besoins de χhaleur.
·         Le Portugal était à 47% en 2011, mais il vient de dépasser les 70% de l’électricité consommée, avec une combinaison très favorable hydroélectricité/éolien (majoρitaire)
·         Le Danemark est à 40%, essentiellement éolien, et a connu déjà plusieurs journées où la couverture éolienne approchait les 100%, sans incident sur la stabilité du réseau. La couverture des besoins de chaleur est élevée.
·         L’Autriche est à 37%, grâce à l’hydraulique et au photovοltaïque
·         L’Espagne est à 30%, en forte augmentation depuis.
·         L’Allemagne était à 27% en 2012, avec des pointes au-delà de 50% sur des périodes de quelques jours, principalement grâce à l’éolien, au PV et à la cogénération biogaz.
On peut également mentionnεr que :
·         9 états des États-Unis produisent grâce à l’éolien plus de 10% de leur éleχtricité
·         La Chine va installer en 2013 18 GW d’éolien, 12 GW d’hydroélectrique et 10 GW de PV (1/3 de ce qui va être installé mondialement). Ce total est hélas inférieur (de peu) à ce qui va être installé en fossile (charbon et nucλéaire).
·         L’Uruguay, pays à une latitude équivalente à la Méditerranée, installe des parcs PV qui produisent le kWh à 0,07 €.
·         Si ces tendances se confirment, l’Europe produira en 2020 plus d’électricité à partir des énergies renouvelables que des énergies fossiles, malgré la France…
5) Et moi, ce soir, demain, l’an prochain, dans cinq ans ? agir au niveau individuel
Toute référence ou précision relative aux articles ci-dessus pourra vous être
communiquée sur demande à la rédaction.
Rédaction: Marc Théry
Communauté de Communes du Mené
La Croix Jeanne Even – 22330 Collinée
02 96 31 47 11  / Fax : 02 96 31 47 27 energies@mene.fr


Leave a Reply

You can use these HTML tags

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

  

  

  

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.